• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
(24 votes )

Renault ferme l'usine de Vilvorde, entrainant la perte de plus de 3 000 emplois. Abasourdis par la nouvelle, les ouvriers se mobilisent et multiplient les actions de grève, soutenus par l'industrie automobile belge et les ouvriers de Renault France. Le gouvernement belge réagit également en pointant du doigt le non-respect par Renault des règlements européens en matière de licenciement collectif. Une affaire qui illustre la fragilité de l'industrie automobile en Belgique, pourtant l'un des plus gros producteurs au monde.